Les souris blanches

N° 1091_edited_edited_edited_edited.png

A cette époque, nous étions très jeunes et notre mère nous donnait souvent une petite pièce. Le dimanche matin, nous faisions le marché. Depuis un moment j’avais vu que des souris blanches étaient en vente… Évidemment j’en ai acheté une. Sachant que mes parents refuseraient d’héberger cette petite bestiole. J’avais réalisé une petite cavité dans le mur du garage fait de briques creuses. J’étais heureux car le stratagème fonctionnait on ne peut mieux. Plus tard je pensais que cette petite femelle était bien seule et qu’elle devait s’ennuyer. Donc j’en ai acheté une autre. C’est alors que les ennuis arrivèrent. La nouvelle souris était un mâle. Un mois après environ, j’avais une dizaine de souris en plus. Il a fallu creuser d’autres niches dans les murs afin de les cacher. J’avais mis mon frère Philippe dans la confidence pour qu’il m’aide. Plus tard, nous comptabilisions plus de cent souris. Les parents n’avaient toujours pas découvert le pot aux roses. Il faut dite qu’on prenait soin de tout… Donner de la nourriture, ajouter de l’eau fraîche, nettoyer les cachettes, fabriquer des nouvelles cases… C’était un travail énorme devenu ingérable. J’ai fini par faire des cauchemars et tomber sérieusement malade. Les parents étaient inquiets et quand nous avons avoué toute l’histoire, ils furent soulagés (et nous aussi). Mon père a rassemblé tout ce petit monde et a tout donné à une entreprise pharmaceutique bien connue. Il m’arrive encore de temps en temps de faire des cauchemars pleins d’adorables petites bêtes blanches qui réclament à manger et à boire.